top of page
Rechercher

ÊTES VOUS EN BURN-OUT ?

Dernière mise à jour : 3 juin 2023


Il y a 22 ans, quand j’ai démarré mes accompagnements en entreprise, peu de monde se souciaient du burn-out, aujourd’hui, c’est nettement différent. Cependant, je constate encore trop de jugement, de doute, de méconnaissance et même l’entretien parfois d’une certaine opacité par rapport aux symptômes notamment.

Levons le voile….

Peut-être, êtes-vous concerné.e ?

Vous êtes entrepreneur.e, salarié.e, collègue, parent…

Peut-être avez-vous repéré des signes annonciateurs du burn-out pour vous même ou pour vos proches ?


Avant tout, définissons le Burn-out

Le burn-out est un processus d’épuisement physique et psychique causé par un stress chronique prolongé dû à une accumulation, une surcharge, un surmenage (parental, professionnel, personnel). Dit autrement, le burn-out, est un peu comme une maison qui brûle de l’intérieur sans immédiatement pouvoir le voir à l’extérieur….


Quels sont les Profils à risque ?

Ils sont bien souvent des hyper-disponibles, des enthousiastes, des engagés, des idéalistes qui peuvent être à la recherche de reconnaissance et d'approbation. Ils ont bien souvent des profils de type combattant, ils sont perçus par l’entourage comme des profils « forts », ils savent serrer les dents face à l’adversité, et partent souvent du principe que « ça va l’faire ! ».


Que faut-il comprendre avant tout ?

Le burn out n’est pas un problème psychologique, c’est un épuisement du système nerveux, la personne n’est plus capable de « freiner » ou « d’accélérer », le système nerveux est déréglé, épuisé, et c’est précisément cela qui provoque des désordres cognitifs, physiologiques, et émotionnels. Ces désordres s’expliquent par l’effondrement des neurotransmetteurs (ces messagers qui assurent la communication entre nos neurones : dopamine, mélatonine, adrénaline, sérotonine…). Sans eux, nous devenons incapables de ressentir, d’imaginer, de comprendre, de nous remémorer des événements, de gérer notre quotidien, nos émotions, nos comportements.


Quelles sont les conséquences de cette usure ?

Elles sont nombreuses et sans être prises au sérieux rapidement, elles s’aggravent avec parfois des conséquences dramatiques pour la personne.

· Les conséquences physiologiques : Fatigue chronique, migraines en fin de journée, troubles de l’endormissement, réveils nocturnes, troubles cardiaques, vertiges, acouphènes, douleurs musculaires, mal-être généralisé. Avec un impact majeur sur la sphère digestive inflammée, le système endocrinien (thyroïde, surrénales), le rythme circadien (nuit/jour).

· Les conséquences mentales : état de crise, troubles de l’attention et de la concentration, manque d’idées et de créativité, troubles de la mémoire, difficultés d’apprentissage.

· Les conséquences émotionnelles : aggressivité, impulsivité, irritabilité, état dépressif, anxiété, angoisses, peurs, paniques…


Quels sont les facteurs de risque ?

1. De l’exigence (professionnelle, parentale…), un besoin de contrôler, d’anticiper, d’être au top, à la hauteur. Une logique du « toujours plus ».

2. De l’accumulation des fonctions de père/mère, de responsabilités professionnelles, sociales, familiales….Une accumulation de choses à penser.

3. La sédentarité dans la vie professionnelle et personnelle (le travail assis sans évacuation des tensions à l’extérieur)

4. Un stress chronique où il n’y a pas eu de dépenses / de portes de sortie pour lâcher la pression intérieure

5. Le travail intense, soutenu et rapide avec les nouvelles technologiques couplé à des attentes de réactivité et d’anticipation

6. L’envahissement du travail dans la tête, dans la vie privée (le bureau est dans la tête en permanence)

7. L’environnement et son ambiance (joyeux ? léger ? )

8. Le manque de récupération suite aux stress (débrancher, se calmer…)

9. Le manque de déconnexion de ses différents rôles (pro et perso)

10. L’attitude de travail, le degré d’investissement (sur-engagement ?)


Quelles sont les solutions ?

La prise en charge rapide est fortement conseillée pour éviter que les choses n’empirent. Notez, qu’aucun médicament ne guérit le burn-out. Les médicaments peuvent être une béquille, mais, ce qui guérit c’est une approche pluridisciplinaire. Il faudra additionner à l’accompagnement physiologique de réparation, des leviers psychiques.

Il n’existe pas une recette unique. Cela dépendra de chacun.e et des symptômes associés.

Globalement, il s’agira d’installer une véritable hygiène de vie nerveuse et émotionnelle avec l’aide d’un.e naturopathe expérimentée.e.


Les actions à envisager pour la personne :

1. Remonter le niveau d’énergie (remonter le sommeil, réparer et remonter les carences avec la chrono & la micronutrition et ou des compléments (magnésium, EPA/DHA, vitamines B, D,C, anti-oxydants, zinc, …)

2. Installer des méthodes de gestion du stress pour couper les ruminations mentales

3. Réparer les muqueuses altérées par le stress prolongé (gastrites, porosité intestinale, dysbiose…)

4. Agir sur les ondes cérébrales (sonothérapie, musicothérapie ciblées en fonction des carences identifiées. Ex : Carences en GABA => ondes Theta)

5. Installer des activités physiques pour permettre la récupération active (jardiner, bouger pour éliminer les tensions et décharger le stress)

6. Se reconstruire et se redynamiser : Identifier et revoir ses priorités, élaborer un plan d’actions des changements (où sont les sources de satisfaction ? d’insatisfaction ? où sont les moments où je débranche ? quels sont les moyens intérieurs à disposition pour me préserver ? Comment envisager le retour à l’environnement ? quels horaires ? quel rythme ? quels NON ? c’est quoi ma qualité de vie attendue ? Qui je suis hors travail ? quels sont mes intérêts différents hors travail ?) pour éviter les récidives

7. Tester les outils et les engagements de retour dans l’environnement


Un burn-out met entre 1 à 5 ans pour se manifester, il vous faudra beaucoup de patience, de persévérance et un bon accompagnement pour en sortir. C'est possible.


Côté entreprises/environnement, les actions à envisager

Repenser la surcharge de travail, les critères d’évaluation, la pression exercée, développer les recommandations à faire dans l’usage des technologies (mails,…), intégrer des temps de ressources pendant le travail, améliorer l’ambiance de travail, rendre les défis intéressants, essayer de repenser l’équilibre « usure-ressources » (Peut-être, garder ce qui est stressant mais alors augmenter les temps de ressource), …


En conclusion, ce qu’il faut retenir, c’est qu’en cas de stress qui dure, en cas de fatigue chronique, votre corps s’épuise (épuisement des glandes surrénales, chute des hormones : adrénaline, cortisol), le burn-in arrive, et si rien n’est fait, alors l’organisme puisera dans vos réserves énergétiques, le système nerveux trop sollicité sécrétera inévitablement moins de neurotransmetteurs, comme la dopamine, la sérotonine, le gaba et la noradrénaline ; l’équilibre psycho-émotionnel sera alors perturbé, et il y aura rapidement une perte de moral, les systèmes fonctionnels s’affaibliront à leur tour (le digestif, le cérébral…). Retenez qu’il est possible d’agir notamment avec la naturopathie et dans une approche holistique.

Si vous avez le moindre doute, faites un bilan pour identifier les symptômes et leur fréquence, ils indiqueront le degré de gravité et la phase dans laquelle vous vous trouvez. Puis, vous déterminerez vos besoins spécifiques de prévention ou le cas échéant de réparation.


En attendant, je partage avec vous une synergie d’huiles essentielles apaisantes et réconfortantes. Elles vont également stimuler la DOPAMINE (PLAISIR) et la SÉROTONINE (BONHEUR).


DANS UN STICK INHALATEUR (MÈCHE À CHANGER TOUS LES JOURS !)

· 3 GOUTTES D’ YLANG - YLANG

· 3 GOUTTES DE LAVANDE VRAIE

· 3 GOUTTES DE PETIT GRAIN BIGARADE

À RESPIRER DÈS QUE NÉCESSAIRE



(VÉRIFIER QUE VOUS N’ÊTES PAS ALLERGIQUE AUX HUILES ESSENTIELLES, ET QUE VOUS N’AVEZ PAS DE CONTRE-INDICATIONS)


à très bientôt,


Nathalie


137 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page